investir à l'étranger

Pourquoi investir à l’étranger ?

Investir à l’étranger offre certains avantages. Il faut savoir que le coût de la vie selon la destination choisie sera nettement inférieur au coût de la vie français, vous aurez un pouvoir d’achat supérieur à celui que vous avez en France. Ensuite, cela peut vous permettre de soulager votre fiscalité. La libre circulation des biens et personnes ainsi que la monnaie unique facilitent l’investissement immobilier en Europe et dans d’autres pays. Les conditions de la convention fiscale et de l’impôt sur le revenu peuvent être favorables pour les propriétaires qui souhaitent investir à l’étranger. La convention fiscale est un accord entre les pays qui fixe les différents avantages fiscaux en faveur des investissements locatifs. Elle sert principalement à éviter la double imposition dans les 2 pays. Par ailleurs, les investissements financiers à l’étranger vous permettent de diversifier votre portefeuille et donc de subir plus légèrement les répercussions des crises locales.

Quelques préconisations qui vous aideront avant d’investir à l’étranger.

  1. Renseignez-vous sur la fiscalité du pays : investir dans un pays dans lequel le régime d’imposition est plus souple, vous permet d’épargner.
  2.  Vérifiez-s’il existe une convention interdisant la double imposition entre la France et le pays choisi.
  3. Faites appel à un notaire, et un expert pour demander des conseils en investissement.
  4. Favorisez la diversification de votre patrimoine : on vous déconseille toutefois de réaliser tous vos placements à l’étranger.
  5. Vous pouvez également avoir recours à un simulateur pour prendre la meilleure décision.
  6. Il est indispensable d’établir un contrat d’assurance.

  Quels sont les risques ?

  • Difficultés de gestion à distance : En cas de problème, c’est difficile de gérer un bien à distance, surtout lorsque nous n’avons personne (ni amis, ni parents, ni connaissances) sur place pour nous informer de la situation en temps réel.
  • Une fiscalité non rentable : ATTENTION !! La taxe des impôts n’est pas la même dans tous les pays. Même si dans certains pays la fiscalité est rentable, dans d’autres elle ne l’est pas.
  • Méconnaissance des lois des pays étrangers : Chaque pays avec ses lois, et la non-maîtrise des lois du pays dans lequel l’on veut investir n’est pas envisageable. Un individu qui ne maîtrise pas bien les lois du pays dans lequel il veut investir peut facilement les enfreindre, ce qui peut être passible de sanction.
  • Risques d’escroquerie : Avant d’investir dans quoi que ce soit, bien s’assurer, sur place de la véracité et de la crédibilité du projet dans lequel on souhaite investir.
A lire aussi :   4 conseils clés pour apprendre à mieux gérer son argent

Quels sont les secteurs dans lesquels investir aujourd’hui ?

  • L’immobilier : le secteur immobilier est le plus avantageux pour les investisseurs français puisqu’il ne requiert pas des allers-retours fréquents et permet de générer de bons retours. L’investissement immobilier à l’étranger peut aussi se faire selon via des fonds communs de placement, des SICAV (société d’investissement à capital variable) ou encore, des obligations.
  • L’assurance vie : De nombreux expatriés optent pour l’assurance-vie, qui leur permet de préparer leur retraite ou la transmission de leur patrimoine. Pour les non-résidents, souscrire un contrat d’assurance-vie est très judicieux, voire primordial. Tout d’abord, car les expatriés ne sont pas concernés par les prélèvements sociaux : le statut procure en effet une exonération des taxes sociales (CSG, CRDS…). De plus, cela leur permet de bénéficier d’une liquidité importante avec un rendement bien supérieur aux livrets d’épargne, et cela sans prendre aucun risque financier.
  • Les actions : Ceci est l’investissement le plus risqué. Pour acheter et vendre des actions en bourse, il vous faut disposer d’un compte auprès d’un intermédiaire financier (banque, société de bourse, courtier en ligne, etc.). Ce compte peut être un plan Épargne en Actions (PEA) à condition de ne pas vous expatrier vers un ETNC (États et territoires non coopératifs) ou un compte-titres. Vous pouvez ensuite passer des ordres en bourse. Le compte-titres est un compte qui récapitule le détail de votre portefeuille d’actions (et d’obligations) et enregistre les différentes transactions (achats, ventes) que vous réalisez. Sa flexibilité et son exonération fiscale en France vous permettent d’avoir un compte-titres facilement partout dans le monde, mais il faudra faire attention à sa fiscalisation à la fin de votre expatriation. En effet, la fiscalité française des plus-values mobilières est souvent plus importante qu’à l’étranger. Investir en bourse en ouvrant un compte-titres sera donc très intéressant pour épargner durant votre expatriation, à condition que celle-ci soit de longue durée (minimum 5 ans).
A lire aussi :   Obtenez un complément de revenu

Dans quels pays investir ?

Selon une étude publiée par Forbes et élaborée par le Center for International Finance de l’IESE Business School en collaboration avec EM Lyon Business School et eXapital , voici un classement des pays les plus attrayants. Les pays sont analysés selon six facteurs clés, à savoir, l’activité économique, la profondeur des marchés de capitaux, la fiscalité, la protection des investisseurs et la gouvernance d’entreprise, l’environnement social et des relations humaines, ainsi que la culture entrepreneuriale et les opportunités de transactions.

  1. Les États-Unis
  2. Le Royaume-Unis
  3. Le Japon
  4. L’Allemagne
  5. Le Canada
  6. Singapour
  7. La Chine
  8. L’Australie
  9. La Corée du Sud
  10. La France

Investir à l’étranger est un pari risqué. Néanmoins, cela peut être réalisable et rentable, à condition de bien s’informer en amont sur le secteur concerné et sur les conditions du pays choisi, d’être bien entouré et d’être méticuleux dans chacune des actions menées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *